http://www.ledividende.com/strategies-fiscales-gainspertes-capital/

Cet article est paru initialement sur LeDividende.com.

Un portefeuille d’un investisseur contient généralement plusieurs produits financiers. En analysant les gains/pertes en capital de ces produits, il est possible d’établir une stratégie à l’avantage de l’investisseur. Cet article a pour but d’expliquer quelques-unes de ces stratégies, quoique les conseils d’un spécialiste soient suggérés pour avoir de l’aide spécifique à votre situation personnelle.

Supposons qu’un portefeuille financier contient les produits suivants :

Produit financier Valeur aux livres Valeur marchande Gain/perte en capital non-réalisé Actions ABC 8 000$ 1 000$ +2 000$ Actions DEF 14 000$ 11 000$ -3 000$ Actions GHI 2 000$ 6 000$ +4 000$ Action JKL 16 000$ 21 000$ +5 000$ Fonds communs ABC 22 000$ 19 000$ -3 000$ Fonds communs DEF 12 000$ 13 000$ +1 000$ Fonds communs GHI 10 000$ 9 000$ -1 000$ Obligations ABC 10 000$ 11 000$ +1 000$ Obligations DEF 8 000$ 7 000$ -1 000$

La différence entre la valeur actuelle, donc la valeur marchande, et la valeur aux livres est le gain ou la perte en capital, dépendant de si le produit a pris de la valeur ou non par rapport à sa date d’achat. La valeur aux livres n’est pas toujours la valeur d’achat, mais cette différence sera expliquer dans un article distinct. Cela va dépendre des distributions, des dividendes réinvestis et des transactions subséquentes après l’achat initial.

Selon la situation de l’investisseur, voici quelques scénarios qui pourront lui être bénéfique.

Forcer la réalisation des gains en capital

Il est possible de voir que ce portefeuille contient plusieurs produits financiers ayant un gain en capital non-réalisé. La moitié du gain en capital doit être ajoutée au revenu imposable de l’investisseur dans l’année où il est réalisé. Pour minimiser les impôts à payer, il est donc préférable de vendre les produits ayant des gains en capital au cours d’une année où le taux d’imposition est plus petit. Le taux d’imposition est en fonction du revenu imposable comme vu dans cet article.

Par exemple, supposons qu’un investisseur possède un revenu annuel de 100 000$, et ce revenu est accompagné d’un taux d’imposition marginal de 45%. Au cours d’une année quelconque, cet investisseur travaille seulement à temps partiel car il a décidé de voyager une partie de l’année. Son revenu  annuel baisse à 30 000$, ce qui se traduit par un taux d’imposition marginal de 25%.

Son revenu annuel sera plus bas que pour les autres années, et vu que cette situation ne devrait pas se reproduire dans un avenir rapproché, il est peut-être optimal de vendre quelques produits financiers possédant des gains en capital. En réalisant ces gains en capital, la moitié de ceux-ci sera ajoutée au revenu imposable. Le taux d’imposition plus bas cette année sera donc avantageux pour cet investisseur par rapport à une autre année où son taux d’imposition serait plus élevé.

En regardant le tableau, plusieurs produits pourraient être vendus :

Actions ABC – 2 000$ gain en capital non-réalisé Actions GHI – 4 000$ gain en capital non-réalisé Action JKL – 5 000$ gain en capital non-réalisé Fonds communs DEF – 1 000$ gain en capital non-réalisé Obligations ABC – 1 000$ gain en capital non-réalisé

Tous ces

Cet article est paru initialement sur LeDividende.com.